Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Françoise Taliano-des Garets (dir.), Villes et culture sous l'Occupation. Expériences françaises et perspectives comparées,

Ouvrages | 02.04.2013 | Laurent Martin

A. Colin, 2012Sous le titre Villes et culture sous l'Occupation... ont paru en 2012 les actes d'un colloque qui s'était tenu deux ans plus tôt à Bordeaux. Beau colloque, actes copieux, pas moins de 28 articles assortis de trois cahiers photos, c'est un bel ouvrage que nous livre ici Françoise Taliano-Des Garets, professeur d'histoire contemporaine à l'IEP de Bordeaux, à l'initiative de cette rencontre importante et qui en a dirigé la publication. L'ambition était de renouveler une historiographie de la période de l'Occupation souvent victime du nationalisme méthodologique naguère dénoncé par Ulrich Beck. Même si le territoire métropolitain de la France fait l'objet d'une bonne moitié des textes, cette ambition est atteinte grâce à de nombreux articles, parfois rédigés par des spécialistes étrangers à partir d'archives elles-mêmes étrangères, portant sur des pays européens (Allemagne, Italie, Grèce, Belgique, Pologne, Tchécoslovaquie) mais aussi sur des territoires appartenant à l'Empire français. « Pays » et « territoires » sont d'ailleurs des termes impropres puisque, et c'est le deuxième parti pris du colloque et de l'ouvrage qui en rend compte, l'échelon qui a été privilégié n'est pas l'échelon national ou ses prolongements mais bien l'échelon local, celui de la ville, et c'est là une deuxième originalité par rapport aux travaux existants.


Maurice Barrès (texte introduit et établi par Michel Leymarie et Michela Passini), La grande pitié des églises de France,

Ouvrages | 02.04.2013 | Jean-Pierre Moisset

Presses du Septentrion, 2012La grande pitié des églises de France est un ouvrage composite issu de la campagne que mena Maurice Barrès dans la presse et à la Chambre entre 1910 et février 1914, date de sa première édition. Le député et académicien y a rassemblé des articles de journaux, des lettres ouvertes, des réflexions personnelles, des extraits de débats parlementaires, ainsi que le compte rendu d’un entretien avec Aristide Briand, alors président du Conseil ainsi que ministre de l’Intérieur et des Cultes. L’objectif de Barrès est d’alerter l’opinion sur les menaces qui pèsent sur les églises et sur leur mobilier afin d’obtenir une modification légale susceptible d’y porter remède.


Laurent Joly (dir.), La Délation dans la France des années noires,

Ouvrages | 26.02.2013 | Philip Nord

Perrin, 2012The Occupation era has earned a reputation as a “golden age” of délation. Informing is a repugnant subject, but it is one that is revelatory of how dictatorships work, the German Occupation and its Vichy regime partner among them. The volume under review, edited and introduced by Laurent Joly, brings this point home in thought-provoking ways, in part because of the quality of the individual essays, but above all because of the range of subjects covered. The collection is comparative in design, including a contribution by François-Xavier Nérard on denunciation practices in Nazi Germany, fascist Italy, and the Soviet Union. An essay by Cédric Neveu examines the situation in the Moselle, French territory that was absorbed into the Hitlerian Reich and subjected to a concerted program of Germanization. A number of articles, moreover, do not confine themselves to the Occupation years alone. Virginie Sansico’s on “délits d’opinion” treats legislation enacted in the last years of the Third Republic constraining free speech and the Republic’s invitation to the public to inform on offenders. The volume’s final three essays deal with the purge of délateurs at the Liberation and the role that denunciation played in identifying culprits for trial. And Fabrice Grenard’s article on the black market makes clear that citizens, exasperated by the persistence of shortages and the shady business dealings attendant on penury, continued to snitch on their countrymen into the late forties.


Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours,

Ouvrages | 26.02.2013 | Michel Dreyfus

La Découverte, 2012Les espoirs en une transformation radicale de la société ont considérablement reculé depuis une vingtaine d'années et ce recul de l'horizon d'attente est largement ressenti au sein du mouvement social. Par ailleurs, de nombreux travaux récents conduisent à un réexamen de ce que fut l’histoire du mouvement social en France depuis le début du XXe siècle jusqu'à nos jours. Ce double constat est à l’origine de cette vaste synthèse à laquelle ont participé une cinquantaine d'auteurs, tous membres de la revue Le Mouvement social. Il n’est pas possible de détailler ici chacune des contributions de cet ouvrage, mais présentons-en les lignes directrices. Dans une brève introduction, ses deux directeurs, après s’être interrogés sur la signification des termes « questions sociales », « mouvements ouvrier », « mouvements sociaux », voire « nouveaux mouvements sociaux », rappellent que le déclin du mouvement ouvrier traditionnel s'est amorcé à partir de la fin des années 1970 ; il fallut néanmoins quelques années supplémentaires pour en prendre conscience.


Denis Rodrigues, La Transition en Espagne.Les enjeux d’une démocratisation complexe (1975-1986),

Ouvrages | 26.02.2013 | Matthieu Trouvé

PUR, 2012La démocratie espagnole a fêté ses trente-sept ans en 2012, soit une année de plus que les trente-six ans de dictature franquiste. Les Espagnols sont aujourd’hui plus nombreux à avoir connu la démocratie que la dictature. La sortie de l’ère franquiste (1939-1975) s’est opérée au prix d’une longue et patiente transition démocratique, de la loi à la loi, que de nombreux historiens et analystes ont qualifié de pacifique et de consensuelle. Depuis une décennie, néanmoins, de nombreux ouvrages tentent de nuancer ces premières impressions et montrent que, finalement, « tout ne fut pas aussi simple » au cours de ces dix années, comme l’écrit judicieusement Denis Rodrigues, professeur de civilisation de l’Espagne contemporaine à l’université de Rennes 2. Celui-ci nous livre ici une synthèse complète et précise de cette période au cours de laquelle l’Espagne se transforme en une monarchie parlementaire à l’anglaise, au prix de nombreuses réformes politiques, d’efforts et de mutations économiques et sociales. L’ouvrage s’inscrit dans une démarche qui vise à reconsidérer les dix années qui vont de la mort de Franco à l’entrée de l’Espagne dans la Communauté européenne, en mettant l’accent non seulement sur les aspects institutionnels et politiques (première partie), mais également économiques et sociaux (deuxième partie), culturels (troisième partie) et internationaux (quatrième et dernière partie). Le parti pris de l’ouvrage est contenu dans le sous-titre, qui se propose d’analyser la complexité du processus démocratique espagnol sur un champ chronologique large et sans se limiter au seul domaine politique. Ce n’est pas là son moindre apport.


La guerre d’Algérie ou l’exténuation du « modèle républicain »

Ouvrages | 05.02.2013 | Odile Rudelle

Armand Colin, Ministère de la Défense/Recherches, 2012Le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie serait-il devenu celui de l’objectivité, de ce regard « refroidi » que François Furet appelait en vain de ses vœux pour la Révolution ? On veut le croire après la lecture de ce colloque illustrant la double manière mise en œuvre par Maurice Vaïsse : une large utilisation des archives du ministère de la Défense comme de l’Élysée, enfin devenues accessibles, et un appel au regard étranger que ce dernier vienne d’universitaires, anglais ou algériens, ou de témoins de première ligne, tel le docteur Mostefaï qui, dans un français parfait datant de ses études à l’université d’Alger et de Toulouse, a rappelé non seulement son ralliement à la philosophie « révolutionnaire » du FLN mais aussi son rôle de délégué diplomatique du FLN à Rabat d’où il a participé à l’évolution de la négociation sur le Sahara, enfin reconnu algérien, comme plus tard à Alger, il signera avec Susini, les fameux accords Mostefaï-Susini mettant fin aux exactions de l’OAS...


« Paroles d’en haut »

Colloques | 04.02.2013 | Alexandre Niess

Les 6 et 7 décembre 2012, s’est tenu le colloque « Paroles d’en haut », consacré à la parole d’autorité, ses formes, sa production, sa diffusion et sa réception. Organisé par les laboratoires IRAMAT (CNRS) et POLEN (POuvoirs, LEttres, Normes) de l’université d’Orléans, avec le soutien du Comité d’histoire parlementaire et politique (CHPP), il s’est déroulé le premier jour à l’université, le second au Sénat. La façon dont les pouvoirs de toute nature s’adressent à leurs interlocuteurs – citoyens, sujets, fidèles ou administrés – varie selon les époques et les contextes. Ce colloque volontairement trans-périodique et pluridisciplinaire (avec des historiens, des juristes, des linguistes et des politistes) est une initiative rare à souligner. Cette approche originale, sur la longue durée, a permis de souligner invariants et évolutions conceptuelles et conjoncturelles, tandis que, multi-scalaire, elle a mis l’accent sur la dimension régionale. Enfin, la parole publique étant aussi l’apanage d’un certain nombre de professionnels, des praticiens de la parole publique (élus et plumes) sont également intervenus pour faire part de leurs expériences.


« Vies d’exil, 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie »

Colloques | 29.01.2013 | Annie Stora-Lamarre

9/10/2012-19/05/2013 - Cité nationale de l'histoire de l'immigrationCinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration propose avec l’exposition « Vies d’exil, 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », une découverte du quotidien des Algériens en France entre 1954 et 1962. L’exposition confiée à Benjamin Stora et Linda Amiri commence dans un espace vide circulaire, une rotonde très dépouillée où le visiteur voit des images de bateaux symbolisant le départ de ces exilés, ces invisibles de l’Histoire qui formèrent la population des Algériens des années 1950. On ne peut s’empêcher de rappeler dans ce lieu chargé d’histoire, né de la fusion du musée de la France d’outre-Mer et du musée de l’Homme, le rôle de ces institutions qui diffusaient dans la société civile française d’alors tout un ensemble de représentations stéréotypées des colonies françaises et de leurs populations. À la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l’Algérien entre au musée, mais différemment tant l’altérité y est repensée d’une autre façon. Pour la première fois et dans le cadre de cette exposition, un musée national propose de mettre en lumière l’histoire méconnue de l’immigration algérienne dont les effectifs doublent de 1954 à 1962. L’ensemble varié et rarement mis en valeur des archives privées et publiques, des photographies, les sons, les témoignages inédits et les œuvres d’art qui montrent la précarité, la violence mais aussi la joie et la nostalgie de cette population fragile et démunie. Le visiteur perçoit presque physiquement l’expérience de l’exil qui se vit dans l’engagement politique, la misère des bidonvilles, la sociabilité des cafés, les contrôles et la terrible violence policière.


Redécouvrir Émile Boutmy

Ouvrages | 28.01.2013 | David Colon

Anne Carrière - 2013Dans le livre qu’ils viennent de publier, Émile Boutmy. Le père de Sciences Po, deux descendants du frère d’Émile Boutmy, François et Renaud Leblond, s’appuient sur des manuscrits inédits découverts dans un grenier familial pour proposer un portrait très original et novateur du fondateur de l’École libre des sciences politiques (ELSP).


Michel Dreyfus et Michel Pigenet (dir.), Les meuniers du social. Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme, fin des années 1950 - début des années 1980,

Ouvrages | 24.01.2013 | Emmanuel Naquet

Publications de la Sorbonne, 2011À l’heure où s’exprime la volonté du nouveau président de la République, François Hollande, élu en mai 2012, de refonder les relations professionnelles en s’appuyant sur des corps intermédiaires vite écartés des démarches de l’ancien chef de l’État, Nicolas Sarkozy, voilà un collectif dirigé par Michel Dreyfus et Michel Pigenet qui, par une étude de cas sur la Confédération générale du travail-Force ouvrière (CGT-FO, dorénavant FO), montre toute l’importance des politiques contractuelle et paritaire pour le modèle français, aujourd’hui en question.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • • Pétition : Les archives ne sont pas des stocks à réduire ! Elles sont la mémoire de la Nation
  • Lien vers la pétition : http://chn.ge/2zVYTeJ (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670