Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Femmes en résistance à Ravensbrück

Coordination : Claire Andrieu et Christine Bard

Introduction

Claire Andrieu, Christine Bard

L’idée de ce dossier prend sa source dans une initiative de l’université d’Angers, qui organise chaque année une rencontre scientifique sur l’histoire et la mémoire de la déportation. En cette année 2008, le thème choisi était « Femmes et déportation ». Dans l’état actuel des connaissances, le sujet est trop vaste et trop peu défriché pour pouvoir être traité en son ensemble.


L'histoire des femmes au défi de la déportation

Christine Bard

 Pourquoi Ravensbrück n’est-il pas plus présent dans le grand récit de l’histoire des femmes ? Est-ce parce que le projet de déshumanisation et d’extermination par le travail touche les hommes comme les femmes ? Pourtant, l’étude de la différenciation sexuelle élargit à la fois la connaissance de l’univers concentrationnaire et la réflexion sur le rôle du genre, toujours présent, même dans cet « autre monde » (Germaine Tillion). Les détenues connaissent des expériences, des situations spécifiques, qu’elles subissent ou choisissent. Sujet tabou, la sexualité sous toutes ses formes (contrainte ou non, hétérosexuelle ou homosexuelle) est un révélateur particulièrement puissant de la différenciation sexuée. Enfin, le genre marque de plusieurs manières la mémoire, collective ou individuelle, de Ravensbrück : l’exemple le plus éclatant est le choix de non-mixité fait par l’Association des déportées et internées de la Résistance. Mais il faut aussi s’interroger sur le genre des témoignages, essentiels à l’écriture de l’histoire de la déportation.


Réflexions sur la Résistance à travers l'exemple des Françaises à Ravensbrück

Claire Andrieu

Cet article tente de définir la Résistance et l’effet de genre dans les camps de déportés par mesure de répression. Jusqu’à présent, l’histoire de la Résistance s’est arrêtée aux portes des prisons. La résistance des internés, en prison ou dans les camps de concentration, a été peu traitée, et lorsqu’elle l’a été, elle a pris place dans l’historiographie des modes d’internement et non dans celle de la Résistance. Pourtant, plusieurs questions se posent. Sont-ce les mêmes qui résistent « au-dehors » et « au-dedans » ? Le changement radical de contexte dû à l’arrestation entraîne-t-il une recomposition du personnel résistant ? Les critères de distinction mis en place pour la Résistance « libre » sont-ils valables pour la Résistance internée ? Peut-on continuer de différencier la « Résistance » de la « résistance civile » dans un système de terreur ? Ou le statut de la résistance civile dans l’univers concentrationnaire prend-il la valeur de transgression d’un acte de Résistance ? L’exemple de la déportation des Françaises et des Français à Ravensbrück, Buchenwald et Mauthausen sert de base à cette réflexion.


Camps d'hommes, camps de femmes : premières approches. Etude d'une ancienne déportée de Ravensbrück

Anise Postel-Vinay

L’article compare les pratiques mises en œuvre par le Troisième Reich dans les camps de concentration d’hommes et de femmes en prenant le cas des déportés de France par mesure de répression (c'est-à-dire non comprise la déportation de persécution). La comparaison porte donc essentiellement sur Ravensbrück pour les femmes, et Mauthausen et Buchenwald pour les hommes. Elle montre que les trois camps, dépendant de l’administration SS, connaissaient le même régime d’humiliation et de terreur. Dans les camps d’hommes, la plus grande fréquence des pratiques de cruauté, et le caractère beaucoup plus meurtrier du « travail » imposé, rendent compte, au moins en partie, de la moindre survie des détenus par comparaison à celle des détenues. Du côté des femmes, la spécificité des crimes commis à l’encontre des détenues enceintes et de leurs bébés, et l’atteinte morale propre aux mères privées de leurs enfants restés en France, n’ont pas eu la même incidence statistique sur le taux de mortalité global. Il est possible, en outre, que les femmes aient fait preuve de plus d’adaptabilité que les hommes aux conditions extrêmes de la survie dans les camps.


Un exemple de résistance dans le camp de Ravensbrück : le cas des victimes polonaises d'expériences pseudo-médicales, 1942-1945

Joanna Penson, Anise Postel-Vinay

De juillet 1942 à août 1943, 86 détenues de Ravensbrück, dont une grande majorité de Polonaises, ont été victimes d’expériences pseudo-médicales dirigées par le Professeur Gebhardt. Dans des conditions atroces, leurs jambes ont été blessées et infectées à l’aide de débris divers. Les victimes ont été surnommées « les lapins » par leurs camarades, par traduction partielle du mot allemand pour cobaye (« Versuchskaninchen », littéralement lapin de laboratoire). En 1945, l’assassinat général des 63 survivantes a été empêché par la résistance spontanée et internationale de détenues qui ont réussi à tenir cachées les victimes jusqu’à la libération du camp. Le but du professeur Gebhardt était de démontrer l’inutilité des sulfamides dans le traitement des blessures. Il voulait ainsi se dédouaner aux yeux d’Hitler de n’avoir pas su sauver Heydrich des blessures qu’il avait reçues lors d’un attentat monté par la Résistance tchèque. Ces expériences médicales perpétrées sur les détenus des camps de concentration n’ont pas suscité d’opposition de la part du corps médical allemand.


Une ethnologue à Ravensbrück ou l'apport de la méthode dans le premier Ravensbrück de Germaine Tillion (1946)

Camille Lacoste-Dujardin

Engagée dans la Résistance française, puis arrêtée, Germaine Tillion a subi l’internement dans le camp de concentration de Ravensbrück. Tout au long de ces épreuves, elle a puisé sa force dans le recours à la méthode de l’ethnologie, directement apprise de ses fondateurs et déjà expérimentée par elle-même parmi des Berbères d’Algérie. Mais plus encore, elle a su communiquer à ses co-détenues le bénéfice de cette arme de résistance qu’était la distance d’observation permettant la compréhension du système d’extermination nazi. Solidairement, elle a partagé avec elles le fruit de la méthode ethnologique, « une source de sang-froid, écrit-elle, de sérénité et de force d’âme. »


America so far from Ravensbrück

Donald Reid

Comment les Américains ont-ils abordé le sujet des camps de concentration dont la raison d’être n’étaient pas l’extermination des Juifs? Au début, les Américains ont lu des récits au sujet de Ravensbrück qui se rapportaient principalement à leurs centres d’intérêts (christianisme et communisme). Plus tard, ils ont consacré leur attention d’une part aux “Lapins,” les survivantes polonaises d’expériences médicales — car ces dernières offraient aux Américains une occasion de tenter de réparer une injustice —, et d’autre part à l’internement des juives à Ravensbrück, qui inscrit ce camp dans l’histoire de Shoah, un événement avec lequel les Américains sont maintenant familiers. Les recherches académiques des Américains sont à la fois innovantes et discutables dans la mesure où elles tendent à inclure l’analyse de camps de concentration comme Ravensbrück dans l’étude de l’univers non-concentrationnaire.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670