Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Mai 68 dans le monde. Le jeu d'échelles

Coordination : Emmanuelle Loyer et Jean-François Sirinelli

Introduction

Emmanuelle Loyer

Conformément aux orientations nouvelles de l’historiographie des années 68, nous voudrions, dans ce numéro, comparer les espaces de contestation, mais aussi en examiner les liens, les transferts de représentations communes et de valeurs, les logiques d’entraînement, d’imitation ; voir enfin ce qui résiste au transnationalisme et faire travailler le jeu d’échelles pour dessiner des formes nationales de révolte, sans oublier les enjeux proprement locaux et la façon dont ils s’articulent à des thèmes mobilisateurs plus vastes pour faire éclater la révolte, comme à Chicago.


Allemagne 68

Niall Bond

L’Allemagne joue un rôle clef en 1968 en raison du charisme intellectuel de personnalités proéminentes dans l’Ecole de Francfort et de sa situation géopolitique. Le mouvement estudiantin, qui a peu de soutien chez les travailleurs, thématise la guerre au Vietnam, la société de consommation et la course aux armements, et les interrogations allemandes comme les défaillances de la démocratie parlementaire sous la Grande Coalition, les passés national-socialiste de membres de la classe politique et industrielle de la République fédérale, l’adoption de lois d’état d’urgence et les réformes universitaires. Comme ailleurs, 1968 est une période de provocation : son héritage comprend la libéralisation de l’espace public et de la morale et une société civile vigoureuse, mais aussi le terrorisme.


Mouvement de mars 1968 en Pologne et ses liens de parenté avec la contestation dans le monde

Georges Mink

Les événements de 1968 en Europe soviétisée ne relèvent guère des mêmes logiques que les événements de l’année 68 à l’Ouest. Mais alors pourquoi les acteurs significatifs de l’époque ont-ils eu la tentation de les réunir dans une vague homogène ? Les ressemblances, comme certains facteurs propulsifs, faisaient croire à une communauté de destins et d’actions. Ces représentations, liées au contexte de l’époque, n’ont pas été sans conséquences. Avec les nouvelles sources empiriques (archives de police et témoignages), on peut observer de nombreux transferts culturels et des interactions, qui ont constitué des ressources aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est, au-delà des mobilisations spécifiques. L’étude du cas polonais (Mars 1968) permet de tester ces hypothèses.


1968 entre Varsovie et Paris : un cas de transfert culturel de contestation

Martha Kirszenbaum

Publicité pour les éditions par la IVe Internationale de la « Lettre ouverte au Parti ouvrier polonais » de Jacek Kuroń et Karole Modzelewski (Sources : "Quatrième Internationale", octobre 1966, p. 6 ; "Quatrième Internationale", avril 1968, p. 4.)Si le mouvement étudiant polonais de mars 1968 a eu un écho chez les étudiants contestataires français, c’est parce que les deux champs politiques et culturels de départ et d’arrivée avaient suffisamment en commun pour permettre la réalisation de transferts culturels. Les origines juives révolutionnaires de l’Est d’un certain nombre d’étudiants contestataires français a forgé un intérêt pour la Pologne, d’autant que les deux champs étudiants développent, dans la seconde moitié des années 1960, un véritable socle commun mêlant politisation et références intellectuelles similaires. Finalement, le cas particulier du transfert et de la réception dans le milieu étudiant protestataire français d’un document majeur de la contestation polonaise, « La Lettre ouverte au Parti ouvrier polonais » de Jacek Kuroń et de Karol Modzelewski, relève plus concrètement ces transferts culturels de contestation entre Paris et Varsovie en 1968.


Y eut-il un « Mai 1968 » en Angleterre ?

Le « Mai 1968 » anglais fut une exception au regard du mai français ou américain. La contestation universitaire fut de faible ampleur et resta limitée dans l’espace et dans le temps. Le « Mai anglais » ne fut ni un mouvement révolutionnaire et politique, ni un mouvement social, ni même un mouvement de la jeunesse. L’article tente de faire le point sur les causes, les formes mais aussi les raisons de la faiblesse de la révolte étudiante anglaise. 


Au-delà du Vietnam : Chicago 1968 et l'autre mouvement étudiant-lycéen

Andrew Diamond, Caroline Rolland-Diamond

Cet article cherche à offrir une nouvelle perspective sur le soulèvement que fut Chicago 68 en examinant, au-delà du mouvement anti-guerre largement analysé, la mobilisation politique méconnue des étudiants et lycéens noirs de la ville. Influencés par l’idéologie du Black power, ces jeunes luttèrent pour transformer leur institution éducative en exigeant des cours d’histoire afro-américaine, le recrutement d’enseignants et d’administrateurs noirs et l’ouverture des établissements scolaires aux habitants du quartier. Cet article soutient que, alors que ces revendications offraient le moyen potentiel de fédérer les mécontentements de la communauté noire et des autres minorités de la ville et créer un vaste mouvement pour la justice raciale et sociale, le recours systématique du mouvement étudiant à l’idéologie du Black power a limité sa capacité à bâtir des coalitions transcendant les divisions ethnoraciales, générationnelles et de classe.


Les processus de diffusion des révoltes juvéniles de 1968

Isabelle Sommier

Cet article rend compte de la façon dont la sociologie des mouvements sociaux a cherché à expliquer la diffusion des révoltes juvéniles des années 1960 sous l’angle à la fois de leur circulation géographique - du sol étasunien à l’Europe et au Japon - et de l’extension sociale des contestations. Dans la mobilisation étudiante en effet, les causes internes à l’espace universitaire se sont étroitement entrelacées avec les causes externes comme la lutte contre la guerre du Vietnam et, aux Etats-unis, le mouvement des droits civiques qui a fortement contribué à politiser les campus.


Conclusion : le moment 1968, un objet pour la World History ?

Jean-François Sirinelli

La crise française de mai-juin 1968 n’étant pas réductible à son seul métabolisme national, un changement de focale est nécessaire pour insérer l’analyse de cette crise dans l’étude d’un moment 1968 aux dimensions d’un événement-monde. En d’autres termes, il convient de replacer cette analyse à la croisée de l’espace, dilaté, et du temps, contracté.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 7 octobre 2017
  •  « La politique scientifique en France au 20e siècle entre État (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Catherine Collomp, Résister au nazisme. Le Jewish Labor Committee, New York, 1934-1945,
  • L’ouvrage de Catherine Collomp vient combler une lacune. L’histoire du Jewish Labor Committee (...)
  • lire la suite
  • • Retour sur l’exposition “World War I and the Visual Arts”
  • Pour commémorer « l’anniversaire de la Première Guerre mondiale », ou (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie (1944-1981), Une histoire économique du politique,
  • Le stéréotype d’incompétence économique suit le socialisme français comme (...)
  • lire la suite
  • • Fabien Théofilakis, Les Prisonniers de guerre allemands. France, 1944-1949,
  • L’ouvrage de Fabien Théofilakis se présente sous la forme (...)
  • lire la suite
  • • Philip Nord, Le New Deal français,
  • Le capitalisme d’État « à la française » a fait couler (...)
  • lire la suite
  • • Ronald Hubscher, Les aviateurs au combat, 1914-1918 : entre privilèges et sacrifices,
  • Historien du social, Ronald Hubscher a notamment travaillé sur (...)
  • lire la suite
  • • Olivier Wieviorka, Une Histoire de la Résistance en Europe occidentale,
  • Après ses études magistrales – La Résistance française (Perrin, 2013) et Le Débarquement en (...)
  • lire la suite
  • • Fabrice Grenard avec Jean-Pierre Azéma, Les Français sous l’Occupation en 100 questions,
  • Cet ouvrage est le quatrième opus d’une récente collection (...)
  • lire la suite
  • • Thomas Le Roux (dir.), Risques industriels. Savoirs, régulations, politiques d’assistance, fin XVIIe-début XXe siècle,
  • Cet ouvrage vient clore le programme « Histoire des risques (...)
  • lire la suite
  • • Cyril Grange, Une élite parisienne : les familles de la grande bourgeoisie juive, 1870-1939,
  • Dans la lignée de ses précédents travaux, notamment Les (...)
  • lire la suite
  • • Sébastien Ledoux, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire,
  • Le livre de Sébastien Ledoux, issu d’une thèse de doctorat (...)
  • lire la suite
  • • « Nous et les autres, des préjugés au racisme »
  • Du « Je est un autre » des poètes et des (...)
  • lire la suite
  • • Pierre Birnbaum, Léon Blum. Un portrait,
  • Léon Blum fait partie non seulement du Panthéon de la (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Martin (ed.), Les Censures dans le monde: XIXe-XXIe siècle
  • This volume presents the papers delivered at a conference (...)
  • lire la suite
  • • « Ciao Italia ! Un siècle d’immigration et de culture italienne en France (1860-1960)»
  • Ciao Italia ?, pour reformuler sans exclamation, mais de manière (...)
  • lire la suite
  • • «Présumées coupables, XIVe-XXe siècles»
  • Ce sont à des homo criminalis « présumées coupables » que (...)
  • lire la suite
  • • Face à l’histoire : retour sur l’exposition «Soulèvements»
  • En 1996, Jean-Paul Ameline organisait au Centre Pompidou une exposition (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670