Histoire@Politique : Politique, culture et société

MaillageCette rubrique présente un inventaire raisonné et commenté de liens vers des sites Internet de Centres de recherche et de départements d’histoire contemporaine répartis entre les différents continents.

Université de Berkeley

Patrick Clastres

L’université de Berkeley est fondée en 1869 au moment de la ruée vers l’or et de la création du 31e Etat américain. L’ambition était alors de « contribuer à la gloire et au bonheur des générations futures autrement et mieux qu’avec l’or de Californie ». Depuis 1897, elle maintient une tradition d’accueil d’étudiants d’origine modeste : en l’occurrence, 30 % de ses étudiants actuels sont les premiers de leurs familles à intégrer un college.

Une « cité du savoir » et des sciences

Cette « cité du savoir », célébrée pour son architecture, des halls néo-classique jusqu’aux bâtiments anti-sismiques, surplombe la baie de San Francisco. Très tôt, les sciences sont à l’honneur à Berkeley qui s’enorgueillit aujourd’hui d’avoir eu 20 prix Nobel comme professeurs. Une chronologie très fournie permet de prendre conscience des avancées de la science réalisées à Berkeley : sismologie, vitamines E et K, datation par carbone 14, cyclotron, bombe atomique, oncogène, système UNIX, moteurs microscopiques… On y référence aussi les gloires littéraires ou encore le « mouvement pour la liberté de parole » lié au Civil Rights movement.

L’activisme à Berkeley

L’« activisme » est une tradition à Berkeley, depuis les « grèves de la paix » des années trente jusqu’aux revendications des années 1970 (minorités ethniques, homosexuels, handicapés, femmes). Le site consacré au Free Speech Movement (septembre-décembre 1964) permet d’accéder en ligne à un matériau extrêmement riche : bibliographies, guides archivistiques, sources (articles de périodiques, pamphlets, correspondances, entretiens…), chronologie fine de ces trois mois de crise, des documentaires et des enregistrements audio. L’élection de Ronald Reagan au siège de gouverneur de Californie en 1966 s’est jouée, pour partie, sur sa promesse de « nettoyer » le campus de Berkeley. Les archives déclassifiées du FBI et d’autres documents originaux sur la promotion politique de l’acteur Reagan sont aisément consultables.

Le site « Gay Bears » témoigne de l’histoire cachée des homosexuels à Berkeley. De même, plus d’une centaine d’entretiens et de papiers personnels concernent l’histoire des revendications des handicapés.

Humanities, Area studies, social sciences

Les historiens de Berkeley se répartissent entre un nombre considérable d’unités de recherche. Les gender and sexual studies sont particulièrement à l’honneur : Beatrice Bain Research Group, Emma Goldman Papers Project, Center for Race and Gender, Center for the Study of Sexual Culture.

L’Europe a droit à deux instituts davantage versés du côté des sciences politiques et des relations internationales : Institute of European Studies (souveraineté, gouvernance, dilatation, partenariats régionaux…) et Institute of Slavic, East European, and Eurasian Studies. Dans le même esprit, mais avec un intérêt particulier pour la globalisation et ses enjeux : l’Institute of International Studies. A noter également l’Office for History of Science and Technology, ou bien The Human Rights Center.

Ces centres ou instituts diffusent leurs travaux grâce à de nombreuses revues.

Le département d’histoire de l’université de Berkeley est réputé pour son large spectre d’activités d’enseignement et de recherche depuis histoire ancienne jusqu’à l’histoire contemporaine, avec une attention toute particulière accordée à l’Asie, et tout récemment à l’Afrique.

Les étudiants du premier cycle (undergraduate) ont leur propre revue : Clio’s Croll.

Ils enseignent l’histoire contemporaine de l’Europe à Berkeley :

  • Anthony Adamthwaite : relations franco-britanniques, XXe siècle, mass media, construction européenne ;
  • Margaret Lavinia Anderson : IIe Reich, politique et religion, catholicisme, Empire ottoman, massacres en Arménie ;
  • Susanna I. Barrows : France, Belle Epoque, foule, cafés ;
  • Cathryn Carson : Etats-Unis, Allemagne, histoire nucléaire, science et philosophie ;
  • John Connelly : RDA, Europe orientale et centrale, stalinisme, nazisme ;
  • John M. Efron : Juifs, médecine et médecins, théories racistes ;
  • Gerald Feldman (†): Allemagne et Autriche, période nazie, banques, Allianz, Hugo Stinnes, complexe militaro-industriel ;
  • Victoria Frede : Russie, XIXe siècle, histoire intellectuelle ;
  • Carla Hesse : France, Lumières, Révolution, histoire intellectuelle, culture politique ;
  • Martin Jay : Europe, histoire intellectuelle, école de Francfort, socialisme fin-de-siècle, visual culture, critique française de l’image ;
  • Thomas W. Laqueur : Grande-Bretagne, XVIIIe-XIXe siècles, masturbation, sexualité, histoire du corps, religion, respectabilité ;
  • Nicholas V. Riasanovski (emeritus) : Russie, XIXe siècle, Nicolas Ier, romantisme, slavophilie ;
  • Yuri Slezkine : Russie depuis 1917, Sibérie, femmes, juifs ;
  • Tyler Edward Stovall : France, Paris, banlieue rouge, Antillais ;
  • James Vernon : Grande-Bretagne et son empire colonial, XIXe siècle, invention de la démocratie, histoire culturelle du politique, famines.

[Liens consultés le 4 juillet 2008]

Patrick Clastres

 


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670