Histoire@Politique : Politique, culture et société

MaillageCette rubrique présente un inventaire raisonné et commenté de liens vers des sites Internet de Centres de recherche et de départements d’histoire contemporaine répartis entre les différents continents.

Université de Nairobi (Kenya)

Patrick Clastres

http://en.kenemb.ru/uploads/posts/2009-04/1240399471_university-of-nairobi.jpgNée en 1970 de l’éclatement de l’University of East Africa qui fait suite aux indépendances, l’université de Nairobi est la plus importante université publique kényane avec ses 22 000 étudiants, la seule d’ailleurs jusqu’à la constitution de la Moi University (1984) et de la Kenyatta University (1985). Elle trouve son origine dans la Gandhi Memorial Academy, créée par la communauté asiatique d’Afrique de l’Est, et dans le Royal Technical College of East Africa (1954). La transformation, en 1961, en Royal College Nairobi s’accompagne de l’attribution de diplômes par l’University of London pour les facultés des Arts, des Sciences, et des Sciences de l’ingénieur.

Les partenariats scientifiques, outre le rôle joué par les OING, font apparaître désormais une plus grande proximité avec les Etats-Unis et le Canada qu’avec l’aire européenne (Allemagne, Italie). L’université de Nairobi tire d’ailleurs gloire de la venue dans ses murs du sénateur Barack Obama en 2006 et de la secrétaire d’État Hillary Clinton en 2009. La présence française se marque dans le sous-Département de français au sein de la Faculté des Arts.

A la lecture des sites Internet présentant les projets de recherche, comme de la liste des activités de recherche, il apparaît évident que l’effort scientifique de l’université de Nairobi porte sur les enjeux du développement (biologie végétale et animale, hydrologie, épidémiologie, commerce…). Pour autant, les sciences humaines, et plus particulièrement l’histoire, ne sont pas totalement délaissées.

Pas d’histoire kényane sans archéologie

Né avec le Royal Technical College, le département d’histoire et d’archéologie accueille ses premiers étudiants en 1956. S’il conserve sa tradition d’enseignement de l’histoire de l’humanité entière, il a aussi développé, avec le recrutement d’historiens africains, une histoire de l’Afrique, et précisément du Kenya. Afin de redonner au continent un passé qui lui était dénié, un effort particulier a porté sur l’archéologie et la préhistoire, sur les questions de méthode et d’épistémologie. Dorénavant, la recherche embrasse de nouvelles thématiques, comme la place des femmes dans l’histoire, la civilisation islamique, les conflits armés et la paix en Afrique de l’Est. On prendra la mesure de cette diversité des approches en consultant la liste des enseignements de licence. Des diplômes ont été introduits qui conduisent vers les métiers du tourisme et du management des ressources culturelles.

Recherches en cours et chercheurs

Le projet actuel de recherche porte sur les relations entre l’intérieur et la côte du point de vue de l’archéologie. Précédemment, ont été abordés l’impérialisme et le nationalisme au Kenya et dans les pays du Tiers Monde (approche comparée), Bukusus et Britanniques dans le district de Bungoma (1995), le retour de l’unionisme blanc au Kenya (2006).

Une liste des publications scientifiques est disponible en ligne, qui reprend l’ensemble des références postées par les enseignants du département sur leur page de chercheur.

Nombre de ces recherches sont publiées dans le Journal of East African Research and Development. Le Journal of East African Studies (depuis 1966), quant à lui, est une production de l’Institut britannique en Afrique de l’Est positionné à Nairobi.

  • Mutoro Henry W : archéologie, Afrique de l’Est, côte/intérieur, céramique/métallurgie, culture, anthropologie.
  • Achola Milcah Amolo : impérialisme britannique, histoire coloniale de l’Afrique, histoire économique de l’Afrique, politiques coloniales de santé, femmes et économie, syndicalisme.
  • Simiyu Vincent G : peuplement, histoire pré-coloniale, Kikuyu, tradition orale en histoire.
  • Wahome Ephraim W : préhistoire, archéologie, conservation du bâti et des objets, tourisme culturel.
  • Ombongi Kenneth Samson : médecine, malaria, élections de 1997.

[Liens consultés le 18 janvier 2011]

Patrick Clastres

 


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 10 octobre 2020, 16h00-17h30, salle Lavoisier du Conseil départemental de Blois
  •   (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670