Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Contribution à l’étude des circulations culturelles transnationales

Coordination : Emmanuelle Loyer, Laurent Martin et Marie Scot

Faire école : les alumni universitaires indiens de la London School of Economics

Marie Scot

L’article analyse les destinées des étudiants indiens ayant fréquenté la London School of Economics de 1900 à 1948 et ayant embrassé la carrière d’économistes universitaires à leur retour en Inde. Combien étaient-ils ? Qu’ont-ils étudié à Londres ? Quelles positions ont-ils occupé tant dans le champ académique que politique ou administratif indien ? Ont-ils mis en circulation les savoirs acquis à la LSE ? Traitement statistique des annuaires, prosopographie, et études de contenu permettent d’esquisser quelques éléments de réponse sur les circulations de savoir.


La circulation transnationale du livre : un instrument de la guerre froide culturelle

Ioana Popa

L’article aborde la guerre froide sous l’angle des transferts culturels Est/Ouest et de la circulation transnationale du livre. Ciblant les flux des livres envoyés depuis l’Occident vers les pays socialistes, il analyse les acteurs qui les ont initiés à partir du dégel, leurs pratiques et leurs projets éditoriaux. Il retrace ainsi des stratégies de combat anticommuniste ayant eu recours à la circulation transnationale de l’imprimé et à la traduction. Cette perspective contribue à enrichir l’analyse de la guerre froide de nouvelles dimensions, en ne la limitant pas à une opposition frontale entre deux « blocs » qui auraient été hermétiquement séparés. À travers la mise au jour de circulations différenciées, elle permet aussi de montrer que « l’Europe de l’Est » n’était pas un camp monolithique.


L’Unesco : une plate-forme pour les circulations transnationales de savoirs et d’idées (1945-1980)

Chloé Maurel

De 1945 à 1980, l’Unesco a joué un rôle important dans les relations culturelles internationales et transnationales. L’action de l’Unesco en faveur de la production, de la diffusion, de la circulation des idées et des savoirs a été intense et multiforme. Cette action s’est faite par plusieurs moyens : création d’institutions, organisation de conférences et de manifestations culturelles, publications d’ouvrages, réalisation de projets opérationnels sur le terrain. Pourtant, les réalisations n’ont en réalité pas toujours correspondu aux ambitions affichées : elles se sont souvent caractérisées par l’occidentalocentrisme, et, comme le montre l’exemple du NOMIC (Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication), ces circulations d’idées et de savoirs n’ont souvent fait que refléter les rapports de domination à l’œuvre dans le monde. En outre, la réception de ces actions dans le public s’est avérée souvent décevante. Le projet majeur Orient-Occident, comme l’Histoire de l’Humanité, n’ont pas obtenu tout l’impact espéré dans l’opinion mondiale. Au total, malgré ces nuances, l’Unesco a œuvré de manière importante et souvent efficace (notamment par ses réseaux d’experts) aux circulations internationales d’idées et de savoirs dans le monde.


Contribution à l’analyse de la circulation internationale des idées : le « moment 1900 » de la philosophie française et la philosophie pragmatiste américaine

Romain Pudal

Une analyse des réceptions du pragmatisme en France au tournant du siècle dernier pour mettre en lumière plusieurs systèmes interprétatifs touchant à la circulation internationale des idées est proposée dans cet article. Plusieurs concepts sont mobilisés : extraversion (J.-F. Bayart), prisme et habitus national notamment.


Le polycentrisme des marges. Les « filières » belge et québécoise d’importation de la philosophie politique étasunienne contemporaine en France

Mathieu Hauchecorne

Cet article étudie les effets, sur la réception philosophique française de John Rawls et des « théories de la justice », de leur importation antérieure au sein des départements de philosophie francophone belges et québécois dès le début des années 1990. Cela suppose de complexifier les modèles habituellement mis en œuvre pour étudier la circulation internationale des idées en distinguant les effets propres aux frontières linguistiques et aux frontières nationales sur celle-ci. Après avoir retracé les raisons de cette ouverture plus précoce des « marges francophones », on décrit l’effet d’accélérateur que celle-ci a exercé sur la réception française de la philosophie politique étasunienne. On montre en outre comment, à l’occasion de ce transit, les « théories de la justice » sont politisées, et pour partie retraduites en fonction d’enjeux spécifiques aux champs politiques belge et canadien.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • • Pétition : Les archives ne sont pas des stocks à réduire ! Elles sont la mémoire de la Nation
  • Lien vers la pétition : http://chn.ge/2zVYTeJ (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Catherine Collomp, Résister au nazisme. Le Jewish Labor Committee, New York, 1934-1945,
  • L’ouvrage de Catherine Collomp vient combler une lacune. L’histoire du Jewish Labor Committee (...)
  • lire la suite
  • • Retour sur l’exposition “World War I and the Visual Arts”
  • Pour commémorer « l’anniversaire de la Première Guerre mondiale », ou (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie (1944-1981), Une histoire économique du politique,
  • Le stéréotype d’incompétence économique suit le socialisme français comme (...)
  • lire la suite
  • • Fabien Théofilakis, Les Prisonniers de guerre allemands. France, 1944-1949,
  • L’ouvrage de Fabien Théofilakis se présente sous la forme (...)
  • lire la suite
  • • Philip Nord, Le New Deal français,
  • Le capitalisme d’État « à la française » a fait couler (...)
  • lire la suite
  • • Ronald Hubscher, Les aviateurs au combat, 1914-1918 : entre privilèges et sacrifices,
  • Historien du social, Ronald Hubscher a notamment travaillé sur (...)
  • lire la suite
  • • Olivier Wieviorka, Une Histoire de la Résistance en Europe occidentale,
  • Après ses études magistrales – La Résistance française (Perrin, 2013) et Le Débarquement en (...)
  • lire la suite
  • • Fabrice Grenard avec Jean-Pierre Azéma, Les Français sous l’Occupation en 100 questions,
  • Cet ouvrage est le quatrième opus d’une récente collection (...)
  • lire la suite
  • • Thomas Le Roux (dir.), Risques industriels. Savoirs, régulations, politiques d’assistance, fin XVIIe-début XXe siècle,
  • Cet ouvrage vient clore le programme « Histoire des risques (...)
  • lire la suite
  • • Cyril Grange, Une élite parisienne : les familles de la grande bourgeoisie juive, 1870-1939,
  • Dans la lignée de ses précédents travaux, notamment Les (...)
  • lire la suite
  • • Sébastien Ledoux, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire,
  • Le livre de Sébastien Ledoux, issu d’une thèse de doctorat (...)
  • lire la suite
  • • « Nous et les autres, des préjugés au racisme »
  • Du « Je est un autre » des poètes et des (...)
  • lire la suite
  • • Pierre Birnbaum, Léon Blum. Un portrait,
  • Léon Blum fait partie non seulement du Panthéon de la (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Martin (ed.), Les Censures dans le monde: XIXe-XXIe siècle
  • This volume presents the papers delivered at a conference (...)
  • lire la suite
  • • « Ciao Italia ! Un siècle d’immigration et de culture italienne en France (1860-1960)»
  • Ciao Italia ?, pour reformuler sans exclamation, mais de manière (...)
  • lire la suite
  • • «Présumées coupables, XIVe-XXe siècles»
  • Ce sont à des homo criminalis « présumées coupables » que (...)
  • lire la suite
  • • Face à l’histoire : retour sur l’exposition «Soulèvements»
  • En 1996, Jean-Paul Ameline organisait au Centre Pompidou une exposition (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670