Histoire@Politique : Politique, culture et société

Vari@rticles

Philosophie en République et expérience morale de la Grande Guerre : le cas Dominique Parodi

Stéphan Soulié

Dominique Parodi (1870-1955), philosophe-professeur devenu inspecteur général de l’Instruction publique après la Première Guerre mondiale, appartient à une génération intellectuelle marquée par les combats de l’affaire Dreyfus et par la lutte contre le cléricalisme. « Rationaliste impénitent » et ardent républicain, il fut un acteur important de la controverse philosophique sur le « problème moral » dans le "moment 1900". La Grande Guerre fut pour lui une épreuve philosophique et morale. Les articles qu’il publie en 1915 et 1916 tentent de concilier critique rationnelle et justification philosophique de la guerre du droit. Ses différents écrits soulignent l’ambivalence morale de la guerre : expérience d’une élévation et, dans le même temps, d’un effondrement lourd de menace pour la raison et l’idéal démocratique. Opposé à toute mystique guerrière, Parodi poursuit sur deux fronts, intérieur et extérieur, le combat philosophique contre les adversaires du « rationalisme moral ».


La parenthèse libérale de la droite française des années 1980. Le phénomène politique de la « bande à Léo » ou l’échec de la promotion d’un libéralisme contre l’État

Jérôme Perrier

La décennie 1980 est à bien des égards, pour la droite française, une période originale. Dans le contexte français de l’alternance socialiste de 1981 et dans le contexte international des expériences Thatcher et Reagan, l’opposition semble gagnée par une fièvre libérale qui entend promouvoir une rupture, aussi bien avec la politique du pouvoir en place qu’avec le « libéralisme avancé » de l’ère giscardienne. Pour suivre cette ambitieuse entreprise de rénovation idéologique, avivée par la perspective des élections législatives de 1986, il est intéressant d’étudier de près l’évolution du Parti républicain de cette époque. L’ancienne formation giscardienne, désormais dirigée par François Léotard et ses amis (« la bande à Léo »), se présente en effet alors comme le fer de lance d’une révolution culturelle de grande ampleur. La figure d’Alain Madelin en particulier joue un rôle tout à fait central dans cette histoire, de par son goût des idées, sa connaissance approfondie de la littérature libérale et ses très nombreux liens avec des cercles intellectuels se réclamant d’un libéralisme radical, de type hayékien. La jeune garde du PR se place ainsi au cœur d’un pari politique audacieux, quoique non dénué d’ambiguïtés. Un pari qui, surtout, ne s’avèrera être finalement qu’un feu de paille. En effet, la défaite de la droite aux élections présidentielles de 1988 va marquer la fin de la « bande à Léo », tout en refermant pour longtemps cette brève parenthèse durant laquelle une partie de la droite française a paru pouvoir assumer un discours libéral décomplexé, voire tonitruant.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670