Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Maurice Grimaud, un préfet dans le siècle

Coordination : Sébastien-Yves Laurent et Jean-François Sirinelli

Maurice Grimaud à l'épreuve de l'histoire

Sébastien-Yves Laurent, Jean-François Sirinelli

Maurice Grimaud préfet des Landes (1955-1957) ou « un préfet aux champs »

Bernard Lachaise

C’est dans la préfecture des Landes que Maurice Grimaud débute sa carrière de préfet entre avril 1955 et avril 1957. Le contact est un peu rude avec les Landais que Grimaud juge à chaud et encore plus avec le recul, dans ses mémoires, assez sévèrement. Mais cela s'explique en partie par les conditions de son départ des Landes quand il est victime des divisions internes à la SFIO locale. S’il n'a pas fait l'unanimité dans le monde politique landais, Grimaud s'est montré un préfet très actif pour moderniser l'économie landaise. Il a joué un grand rôle dans la création de la Société d’aménagement des Landes de Gascogne et les responsables économiques locaux lui en ont été reconnaissants.


Maurice Grimaud et Mai 1968

Philippe Nivet

Maurice Grimaud a été le préfet de police de Paris lors des événements de Mai 1968. À partir de ses archives déposées à la Fondation nationale des sciences politiques, recoupées par plusieurs témoignages, cet article montre que Maurice Grimaud chercha à éviter les débordements de violence policière lors des manifestations de Mai 1968. Il étudie ses relations avec le pouvoir gaulliste. Il s’intéresse enfin à l’analyse qu’a pu faire jusqu’à sa mort Maurice Grimaud, qui a beaucoup écrit sur son expérience.


Maurice Grimaud, le préfet médiatique

Christian Delporte

Pour agir, il faut savoir communiquer. Maurice Grimaud, à cet égard, est un préfet atypique qui a très tôt compris l’usage politique des médias. Avant même mai 1968, il se montre disponible à l’égard des journalistes et gagne, dans la presse, une notoriété utile durant la période de crise que traverse alors la France. Après 68, il mise encore sur les médias pour faire admettre ses projets à l’opinion. Bien après avoir quitté ses fonctions de préfet, il reste un homme de communication, dont il maîtrise des codes et les signes, et un invité toujours choyé de la télévision.


Maurice Grimaud directeur de cabinet de Gaston Defferre : l’auteur de La police malade du pouvoir... au pouvoir (mai 1981-juillet 1984)

Floran Vadillo

En mai 1981, le ministre de l’Intérieur Gaston Defferre nomme Maurice Grimaud au poste de directeur de cabinet. Ce faisant, il recrute un haut fonctionnaire connu (presque une célébrité depuis son action en Mai 68 et les commémorations de 1978) et estimé tant par ses pairs que par les responsables politiques ; un haut fonctionnaire qui va imprimer un style particulier dans l’exercice de sa charge au point de paraître atypique. Mais le ministre et son directeur de cabinet s’avèrent parfaitement complémentaires ; ainsi, en dépit des nombreuses vicissitudes et de la lourdeur des fonctions assumées, Maurice Grimaud servira-t-il Gaston Defferre avec constance voire même fidélité, l’accompagnant en juillet 1984 dans ses nouvelles fonctions de ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire.


Face aux « services » (1981-1983) : une autre leçon pour la gauche au pouvoir ?

Sébastien-Yves Laurent

Directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur de 1981 à 1983, Maurice Grimaud se trouvé d’emblée placé dans une situation complexe. Il est nommé après une décennie au cours de laquelle la gauche n’a cessé de dénoncer vigoureusement le fait que la police et les services de renseignement ont été mis au service des objectifs politiques de la majorité. Place Beauvau, auprès d’un ministre peu intéressé par la prise en charge de « l’État secret », le préfet Grimaud est un acteur central de la collision entre l’idéal politique de l’ancienne opposition et la loi d’airain que les services de renseignement imposent à l’État. L’absence totale de préparation par l’équipe de campagne et par le PS ainsi que la neutralité de Grimaud qui n’est pas un militant politique de la nouvelle majorité, facilitent l’accommodation rapide de celle-ci aux réalités de la part secrète de l’État. Dès l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, l’État secret s'impose.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 12 octobre 2019
  • « La République italienne et la nation » samedi 12 octobre 2019, de 16h15 à (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Ilvo Diamanti, Marc Lazar, Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties,
  • Tenter d’imposer un néologisme en science politique n’est jamais (...)
  • lire la suite
  • • Jean-Yves Mollier, L’âge d’or de la corruption parlementaire 1930-1980,
  • L’introduction du livre de Jean-Yves Mollier pose clairement une (...)
  • lire la suite
  • • Jaime M. Pensado & Enrique C. Ochoa, México Beyond 1968 : Revolutionaries, Radicals and Repression During the Global Sixties and Subversive Seventies
  • Le livre dirigé par Jaime M. Pensado et Enrique C. Ochoa (...)
  • lire la suite
  • • Expériences adolescentes et enfantines de la Grande Guerre, au front et à l’arrière
  • Manon Pignot, L’appel de la guerre, Des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, (...)
  • lire la suite
  • • Michael Foessel, Récidive 1938,
  • « À propos des débats sur le retour des années 1930, (...)
  • lire la suite
  • • Sylvain Brunier, Le bonheur dans la modernité. Conseillers agricoles et agriculteurs (1945-1985),
  • L’ouvrage de Sylvain Brunier procède du remaniement profond de (...)
  • lire la suite
  • • Massimo Asta, Girolamo Li Causi, un rivoluzionario del Novecento. 1896-1977,
  • Girolamo Li Causi (1896-1977) fut un dirigeant du Parti (...)
  • lire la suite
  • • Christine Mussard, L’obsession communale. La Calle, un territoire de colonisation dans l’Est algérien, 1884-1957,
  • Christine Mussard consacre une monographie dense et vivante, issue (...)
  • lire la suite
  • Compañeros
  • Le 27 juin 1973, l’Uruguay est à son tour victime d’un (...)
  • lire la suite
  • • Comment exposer l'art soviétique ?
  • Si de nombreux colloques sont venus émailler les commémorations (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Gutierrez, Patricia Legris (dir.), Le Collège unique. Éclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975,
  • Ce livre est issu d’un séminaire qui s’est tenu en 2015 (...)
  • lire la suite
  • • Evgeny Finkel, Ordinary Jews. Choice and Survival During the Holocaust,
  • La Shoah et sa mémoire nous hantent. Pourtant, parmi (...)
  • lire la suite
  • • Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France, de 1945 à nos jours,
  • L’impossible prohibition est une fascinante enquête historique qui étudie (...)
  • lire la suite
  • • Sylviane de Saint Seine, La Banque d’Angleterre. Une marche erratique vers l’indépendance, 1977-2007
  • Aux spécialistes des banques centrales, l’ouvrage de Sylviane de Saint Seine (...)
  • lire la suite
  • • Frank Georgi, L’autogestion en chantier. Les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)
  • L’autogestion a fasciné une partie considérable de la gauche (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Debruyne, «Femmes à Boches». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre,
  • « Bochasse », « paillasses à boches », « pouyes » ou encore « femmes à Boches », autant de termes, (...)
  • lire la suite
  • • Anatole Le Bras, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914),
  • C’est en dépouillant des dossiers médicaux dans le cadre de (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Garnier, L’empire des sables. La France au Sahel 1860-1960,
  • Comment l’histoire coloniale peut-elle expliquer la situation politique actuelle (...)
  • lire la suite
  • • Renaud Meltz, Pierre Laval, un mystère français,
  • Après le Pétain[1] de Bénédicte Vergez-Chaignon, le monumental Pierre (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670