Histoire@Politique : Politique, culture et société

Vari@rticles

L’opposition de droite après l’alternance de mai-juin 1981

Mathias Bernard

Le basculement de la droite dans l’opposition, entre 1981 et 1986, a bien provoqué une recomposition, qui fut à la fois fondamentale et inachevée. Au-delà de la radicalisation du discours, propre à la culture d’opposition et à la volonté de capter les courants protestataires de l’opinion, le modèle néo-libéral s’impose, en rupture avec le libéralisme social promu sous le septennat giscardien. Ce modèle favorise la convergence entre les deux grands partis rivaux, RPR et UDF, et donne une crédibilité nouvelle à la volonté d’union et de restructuration des organisations partisanes. Pourtant, au milieu des années 1980, ce sont les mêmes leaders et les mêmes partis qui sollicitent les suffrages de l’opposition, autour d’un programme qui, pour ne pas effrayer l’électorat centriste, atténue les effets de la révolution libérale. Le caractère inabouti de ce renouvellement partisan et idéologique n’est pas étranger au succès du Front national, qui se définit – au moment de son émergence – comme la seule véritable opposition nationale.


« Vous avez décidé de gouverner autrement. Nous avons décidé de nous opposer autrement. » Le groupe parlementaire Union du Centre (UDC) sous le gouvernement Rocard (1988-1991)

Vincent Flauraud

Les élections législatives de 1988 ont placé les « centristes » au cœur des attentions et des possibilités de recomposition du paysage politique : la promotion de la « France unie » ou de « l’ouverture » par le camp mitterrandien pendant la campagne présidentielle, tout comme l’absence de majorité absolue pour le gouvernement Rocard, ont conduit à la formation par des députés issus de la majorité sortante d’un groupe parlementaire indépendant, l’Union du centre (UDC). Les années du gouvernement Rocard ont posé les repères de l’exercice d’une « coresponsabilité » sans coalition, avec un niveau significatif de contribution de ce groupe parlementaire à l’adoption de textes.


Les Français en Grèce : du tourisme de lettrés au tourisme de masse (années 1930-années 1990)

Mathilde Chèze

Aux voyages de Français désireux de retrouver la Grèce éternelle s’est progressivement substitué, des années 1930 aux années 1990, un tourisme « désacralisateur », moins intellectuel et plus hédoniste. En effet, une clientèle plus populaire et plus massive prend peu à peu le dessus sur un public exclusivement intellectuel et souvent aisé et contribue à faire de la Grèce une destination estivale « classique ». Cet article se propose d’étudier les étapes et les modalités de ce basculement, et à travers l’exemple grec, d’illustrer un phénomène plus général d’entrée de la France dans la société des loisirs. Il aspire aussi à montrer que le développement du tourisme contribue à redéfinir les représentations que la France a de la Grèce et de son peuple.

Mots clés : France ; Grèce ; tourisme ; histoire des représentations ; XXsiècle.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite
  • • Marie Moutier-Bitan, Les champs de la Shoah. L’extermination des Juifs en Union soviétique occupée 1941-1944
  • Alors que la connaissance historique autour de la Shoah et (...)
  • lire la suite
  • • Łukasz Stanek, Architecture in Global Socialism : Eastern Europe, West Africa and the Middle East in the Cold War
  • Depuis la synthèse rédigée en 2011 par David Engerman[1], (...)
  • lire la suite
  • • Relire Tardieu et le comprendre
  • André Tardieu, La paix, Paris, Perrin, 2019, préface de Georges (...)
  • lire la suite
  • • Offenser le chef de l’État en France
  • L’imposant volume proposé par le professeur de droit public (...)
  • lire la suite
  • • Une loi pour les archives : l’étape majeure de 1979 en France
  • Si la loi du 3 janvier 1979 sur les archives a (...)
  • lire la suite
  • • Paul Vaillant-Couturier l’écrivain
  • L’ouvrage Paul Vaillant-Couturier : écriture et politique publié aux Éditions (...)
  • lire la suite
  • La Llorona de Jayro Bustamante (2019)
  • Les dictatures latino-américaines ont toujours été une source d’inspiration (...)
  • lire la suite
  • • Jérôme Pozzi (dir.), De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors
  • Cet ouvrage dirigé par Jérôme Pozzi est issu d’une journée (...)
  • lire la suite
  • • Xavier Paulès, La République de Chine. Histoire générale de la Chine (1912-1949)
  • Ses lecteurs sauront d’emblée gré à Xavier Paulès du (...)
  • lire la suite
  • • Catherine Davies, Transatlantic Speculations. Globalization and the Panics of 1873
  • La crise financière de 2007-2008 a, par son caractère inattendu, (...)
  • lire la suite
  • Œuvres de Jean Jaurès
  • Lire Jaurès dans le texte, au jour le jour, comme nous y (...)
  • lire la suite
  • • Jean Baubérot, La loi de 1905 n’aura pas lieu, tome 1 : L’impossible loi de liberté (1902-1905)
  • Cet ouvrage constitue la première pierre d’une entreprise historiographique (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670