Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Image, éducation et communisme, années 1920-années 1930

Coordination : Jérôme Bazin, Cécile Pichon-Bonin, Anastasia Simoniello

Image, éducation et communisme, 1920-1930. Introduction

Jérôme Bazin, Cécile Pichon-Bonin, Anastasia Simoniello

Ce dossier est né de la rencontre entre trois intérêts : la curiosité pour une expérience historique, le communisme des années 1920 et 1930 ; l’envie d’interroger un terme aussi récurrent que problématique, celui d’ « éducation » ; et la conviction que les images occupent une place centrale dans le projet et les pratiques éducatives communistes, offrant ainsi un objet d’analyse fécond. Quels sont les objectifs pédagogiques des communistes et comment l’image peut-elle y concourir ? Telle est la principale question qui nous a occupés et qui forme l’originalité de ce dossier. Les contributions analysent plusieurs types d’expériences éducatives faisant appel à l’image (la formation des artistes, l’apprentissage de la lecture, l’éducation idéologique des enfants, des masses et du public occidental, l’éducation des travailleurs et des enfants à l’art et par l’art) dans leurs rapports à différentes configurations politiques.


Soviet Museology During the Cultural Revolution: An Educational Turn, 1928-1933

Masha Chlenova

Cet article analyse le renouvellement radical des musées de l’art soviétiques au tournant des années 1930s selon leur propres termes idéologiques en tant que institutions destinées à illustrer la vision dialectique de Marx de l’évolution historique et dans le cadre d’une poussée plus large, internationale celle-ci, pour moderniser les musées de l’art et les convertir en institutions essentiellement pédagogiques qui seraient accessibles et attirantes à la population. Une étude de cas d’une exposition radicalement innovante, organisée en juin 1930 au musée de l’art Tretyakov par le jeune historien de l’art et conservateur marxiste, Aleksei Fedorov-Davydov, et qui s’est intitulé L’art soviétique et les thématiques révolutionnaires, met en lumière à quel point la démarche polémique et innovante de l’historien de l’art soviétique trouve des échos dans les stratégies pédagogiques de l’un des avatars de l’exposition moderne des musées de l’Ouest, Cubism and Abstract Art, exposition organisée par Alfred Barr, Jr. au Museum of Modern Art de New York en 1936.


A is for AZBUKA Anew: Reading (the art, pedagogy and politics of) Early Soviet Illustrated Primers

Jeremy Howard

Après la prise de pouvoir politique par les bolcheviks à la fin de l’année 1917, la refondation sociale et intellectuelle, qui était l’un des objectifs des nouvelles autorités soviétiques, a pris la forme d’une grande campagne pour l’alphabétisation. L’apprentissage de la lecture a débuté de façon traditionnelle, à savoir à travers des enseignements à l’école et à l’aide des livres pour enfant illustrés (azbuka/bukvar), dans lesquels les lettres, les mots et les images formaient ensemble le texte. Dans cette tentative pour distiller une conscience socialiste dans l’esprit de chaque enfant et adulte, la manière de lire et le contenu des lectures ont acquis une nouvelle signification. À la même époque que l’alphabet cyrillique, les livres pour enfants ont été réformés, leur contenu et significations ont profondément changé. Cet article porte sur ce processus de transformation au cours des quinze premières années de la Russie soviétisée, à l’aide de quatre livres pour enfant illustrés.


Éduquer et politiser l’enfant par l’image : une étude des discours professionnels en Russie, 1928-1932

Cécile Pichon-Bonin

Cet article étudie les discours des Bolcheviks, psychologues, pédagogues, médecins et artistes soviétiques concernant la définition de l’image pour enfantau moment du Premier plan quinquennal (1928-1932). Il établit les fonctions attribuées à l’image pour enfants et les différences de définition et de priorité accordées à ces fonctions par les professions et, en leur sein, par les individus. L’emploi d’un vocabulaire commun renvoie en fait à des compréhensions variées et à des propositions formelles diverses. L’article prend aussi en compte la polyvalence des artistes comme élément dans l’étude des débats interprofessionnels et dans celle des stratégies d’adaptation des acteurs au système culturel soviétique.


Apprendre par le regard, la contribution des Progressistes à la pédagogie par l’image

Anastasia Simoniello

Dans cet article, nous analyserons les productions théoriques et plastiques des Progressistes traitant de problématiques éducatives. Les textes ainsi que les œuvres de ce groupe anarcho-communiste méconnu offriront l’occasion d’étudier une ligne artistico-pédagogique originale, souvent éloignée des politiques mises en place par leur propre camp pour contrer les fléaux d’une école soumise aux puissants.


Comment dessins et peintures réfléchissent l’entreprise communiste d’éducation sous la République de Weimar

Jérôme Bazin

Dans cet article, nous examinons non pas les objets de prédilection de la propagande communiste (affiches et photographies), mais des supports secondaires de la propagande : des dessins et des peintures. Les trois études de cas choisies dans les dernières années de la République de Weimar permettent de réfléchir d’une part à ce que nous savons aujourd’hui sur ce qui s’est passé lors des entreprises d’éducation et d’autre part à l’intérêt d’une attention prolongée des images pour avancer dans l’écriture de cette histoire.


« L’œil du travailleur », Photographie ouvrière et éducation politique en Allemagne (1926-1933)

Christian Joschke

Éduquer le regard du travailleur par la pratique photographique : tel était l’objectif des associations de photographie ouvrière fédérées en Allemagne par Willi Münzenberg entre 1926 et 1933. Mais comment ce discours sur l’éducation se distingue-t-il de son précédent libéral, l’enseignement artistique fondé sur l’idéal de Bildung ? C’est qu’un pas fut franchi entre le triomphe de l’individu dans l’expression artistique prôné dans la période wilhelminienne et l’Erziehung communiste, qui visait moins l’épanouissement de chacun que l’intériorisation par tous d’un habitus visuel de la classe ouvrière.


Exposer le modèle soviétique d’éducation artistique à l’étranger (1922-1937)

Marija Podzorova

Les illustrations de l’éducation soviétique à l’étranger peuvent prendre des formes multiples, mais elles ont toujours pour objectif de vanter le progrès de la culture communiste. Cet article a pour but de mettre en exergue les points communs et les contradictions entre les nombreuses expositions portant sur l’éducation artistique ou générale organisées en Europe entre 1920 et 1930. Il aborde l’éducation artistique, l’éducation générale, l’art prolétarien, l’art enfantin et se conclut avec le projet gigantesque de l’art pour l’éducation des masses dans le cadre du pavillon soviétique à l’Exposition internationale qui se tient à Paris en 1937.


The Communist Organization of Children and its Discourse in Czechoslovakia between Two Wars

Bohumil Melichar, Jakub Rákosník

Cette étude se concentre sur les discours et les pratiques du mouvement pour les enfants et les jeunes organisé par le parti communiste tchécoslovaque. À travers une description de l’activité organisationnelle de ce mouvement et une analyse de ses pratiques discursives et sociales, elle cherche à répondre aux questions autour de la place de l’idéologie dans la société et autour la part des organisations de jeunesse dans la constitution d’un milieu activiste d’extrême gauche. À partir d’une analyse des discours des tracts et de la presse du parti pour enfants, ainsi qu’une analyse des ruptures dans l’expérience quotidienne que représente pour ces jeunes activistes l’engagement du côté du parti communiste, elle interroge le rôle d’institutions comme la famille, l’école et le parti dans le monde concret de ces enfants et parents actifs en politique. L’article comprend trois parties. La première montre que l’organisation, malgré ses efforts considérables, n’a été capable d’attirer qu’une fraction des jeunes et qu’elle est restée loin derrière ses rivaux libéraux (Sokol) et chrétiens (Orel). La seconde présente une analyse des discours qui est organisée autour de trois thèmes : premièrement la représentation d’une société de classes antagonistes, deuxièmement les catégories qui doivent former la conscience de classe et troisièmement la création d’images au sujet de la fausse conscience. La troisième partie se concentre sur la pratique de l’encadrement des enfants, où le recours aux images rencontre divers succès.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • • Pétition : Les archives ne sont pas des stocks à réduire ! Elles sont la mémoire de la Nation
  • Lien vers la pétition : http://chn.ge/2zVYTeJ (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Catherine Collomp, Résister au nazisme. Le Jewish Labor Committee, New York, 1934-1945,
  • L’ouvrage de Catherine Collomp vient combler une lacune. L’histoire du Jewish Labor Committee (...)
  • lire la suite
  • • Retour sur l’exposition “World War I and the Visual Arts”
  • Pour commémorer « l’anniversaire de la Première Guerre mondiale », ou (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Les socialistes français et l’économie (1944-1981), Une histoire économique du politique,
  • Le stéréotype d’incompétence économique suit le socialisme français comme (...)
  • lire la suite
  • • Fabien Théofilakis, Les Prisonniers de guerre allemands. France, 1944-1949,
  • L’ouvrage de Fabien Théofilakis se présente sous la forme (...)
  • lire la suite
  • • Philip Nord, Le New Deal français,
  • Le capitalisme d’État « à la française » a fait couler (...)
  • lire la suite
  • • Ronald Hubscher, Les aviateurs au combat, 1914-1918 : entre privilèges et sacrifices,
  • Historien du social, Ronald Hubscher a notamment travaillé sur (...)
  • lire la suite
  • • Olivier Wieviorka, Une Histoire de la Résistance en Europe occidentale,
  • Après ses études magistrales – La Résistance française (Perrin, 2013) et Le Débarquement en (...)
  • lire la suite
  • • Fabrice Grenard avec Jean-Pierre Azéma, Les Français sous l’Occupation en 100 questions,
  • Cet ouvrage est le quatrième opus d’une récente collection (...)
  • lire la suite
  • • Thomas Le Roux (dir.), Risques industriels. Savoirs, régulations, politiques d’assistance, fin XVIIe-début XXe siècle,
  • Cet ouvrage vient clore le programme « Histoire des risques (...)
  • lire la suite
  • • Cyril Grange, Une élite parisienne : les familles de la grande bourgeoisie juive, 1870-1939,
  • Dans la lignée de ses précédents travaux, notamment Les (...)
  • lire la suite
  • • Sébastien Ledoux, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire,
  • Le livre de Sébastien Ledoux, issu d’une thèse de doctorat (...)
  • lire la suite
  • • « Nous et les autres, des préjugés au racisme »
  • Du « Je est un autre » des poètes et des (...)
  • lire la suite
  • • Pierre Birnbaum, Léon Blum. Un portrait,
  • Léon Blum fait partie non seulement du Panthéon de la (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Martin (ed.), Les Censures dans le monde: XIXe-XXIe siècle
  • This volume presents the papers delivered at a conference (...)
  • lire la suite
  • • « Ciao Italia ! Un siècle d’immigration et de culture italienne en France (1860-1960)»
  • Ciao Italia ?, pour reformuler sans exclamation, mais de manière (...)
  • lire la suite
  • • «Présumées coupables, XIVe-XXe siècles»
  • Ce sont à des homo criminalis « présumées coupables » que (...)
  • lire la suite
  • • Face à l’histoire : retour sur l’exposition «Soulèvements»
  • En 1996, Jean-Paul Ameline organisait au Centre Pompidou une exposition (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670