Histoire@Politique : Politique, culture et société

Vari@rticles

La vertu des institutions : l’héritage méconnu de Sieyès et de Constant

Marie-Hélène Caitucoli-Wirth

Le renouveau du discours sur la vertu en politique, en se développant au moment d’une crise de confiance vis-à-vis de nos démocraties, invite à s’interroger sur les principes vertueux initiaux du gouvernement représentatif. Revenir à la genèse de ce dernier à travers deux de ses défenseurs libéraux et républicains que sont Emmanuel-Joseph Sieyès et Benjamin Constant relève d’une double ambition : comprendre les théories politico-constitutionnelles de ces deux auteurs dans le contexte historique des débats de 1789-1791 et de 1794-1795 et au-delà, en dégageant le concept de pouvoir neutre qui rend compte de leur proximité autant que de leurs nuances, tout en ouvrant la voie d’une contribution modeste à une réflexion éventuellement actualisable de la notion de vertu institutionnelle.


Une affinité intellectuelle, une proximité politique. Lelio Basso, Gilles Martinet et la « deuxième gauche »

Roberto Colozza

L’article s’attache à décrire la relation d’amitié et de collaboration entre le socialiste italien Lelio Basso et Gilles Martinet, qui fut un représentant de la « deuxième gauche ». Politiciens, théoriciens et intellectuels, Basso et Martinet furent en contact pendant environ trente ans. Leurs biographies hétérogènes synthétisent les valeurs diverses de la gauche anticonformiste de l’après-guerre : dès l’engagement national et institutionnel, qui fut le principal atout de Martinet, à l’internationalisme tiers-mondiste, dont Basso fut un protagoniste.


De la victoire de la gauche à la percée de l’extrême droite : l’ethnicisation du jeu électoral français

Alec G. Hargreaves

La proximité dans le temps entre l’avènement au pouvoir de la gauche en 1981 et la percée électorale de l’extrême droite en 1983 est-elle une pure coïncidence ou serait-on fondé à y voir une relation causale ? Sans chercher à lire la montée du Front national à travers une grille mono-causale, l’analyse proposée ici souligne la sensibilisation croissante de l’électorat à la question de l’immigration sur fond de crise économique à partir de la seconde moitié des années 1970 et affirme que le rapide échec de la politique de relance menée par la gauche à partir de 1981 semble avoir servi de catalyseur à l’émergence électorale de l’extrême droite deux ans plus tard.


« Johnny », un lieu de mémoire ?

Jean-François Sirinelli

Pourquoi le rayonnement du rocker français Johnny Hallyday s’est-il poursuivi un demi-siècle durant ? En premier lieu, s’il existe un symptôme de l’effet de résilience des goûts des baby-boomers, c’est bien celui de cette étoile apparemment morte vers 1970-1975 qui continuera, en fait, à luire un demi-siècle durant. Mais, si le lieu de mémoire « Johnny » existe ainsi, en fait, ce n’est pas seulement comme caisse de résonance et comme chambre d’écho d’un segment chronologique relevant du temps court, décennal ou même semi-décennal. Le processus d’écho et de résonance doit aussi s’analyser dans le temps long des grandes mutations anthropologiques. Johnny Hallyday, à cet égard, est une butte-témoin, celle du « monde d’avant » le basculement anthropologique de la période 1965-1985.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670