Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Gaullistes, femmes et réseaux

Coordination : Yves Denéchère

Gaullistes, femmes et réseaux

Yves Denéchère
  • imprimer
  • version pdf
  • réduire la taille du texte
  • augmenter la taille du texte

Le programme ANR GAULHORE (Gaullistes : hommes et réseaux) s’inscrit dans un double contexte d’essor de l’historiographie du gaullisme et de renouvellement de l’étude du personnel politique par la prosopographie et l’analyse des réseaux. Depuis 2008, plusieurs chantiers ont été menés. La constitution d’un corpus biographique gaulliste a été réalisée. Les cadres des « partis » gaullistes, les membres des gouvernements, les entourages ministériels, les responsables des mouvements de la « nébuleuse » gaulliste, les élites de la « société civile » gaullistes, dans la haute fonction publique, les milieux patronaux, les cercles intellectuels, et bien sûr les élu-e-s sont désormais mieux connus. L’étude des réseaux qui contribuent à l’identité de la famille politique gaulliste est essentielle pour mieux connaître la réalité, la diversité et la composition de ses maillages. L’exploitation de ce corpus par la méthode prosopographique a été lancée. Elle met l’accent sur les différentes générations gaullistes, la formation intellectuelle, les étapes et les formes de l’engagement, les moments fondateurs dans l’entrée en politique et les parcours, les ruptures et les reclassements.

En se fixant pour but l’étude des femmes gaullistes et de leurs réseaux, la journée d’études organisée en novembre 2010 par l’UMR CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest) à l’université d’Angers est une entrée indispensable dans le questionnement du programme GAULHORE. Il s’agit de mieux cerner les parcours individuels et les actions politiques de candidates, d’élues, de cadres des partis gaullistes mais aussi de femmes non engagées politiquement qui ont incarné la place des femmes dans l’argumentaire politique gaulliste.

Quelles places les femmes ont-elles su prendre ou conquérir ? Comment le mouvement gaulliste a-t-il mis à contribution, peu ou prou, ses militantes ? Quels sont les moyens d’action qu’elles ont mobilisés ? Comment se sont-elles organisées, entre femmes, pour faire prendre en considération certaines questions ? Quelle image les médias renvoient-ils des femmes gaullistes ?

Les contributions rassemblées dans ce dossier apportent des éléments de réponse en s’appuyant sur des sources imprimées et des archives – croisant les ressources de la Fondation Charles de Gaulle, les archives publiques des collectivités territoriales et des ministères –, les fonds privés (comme le fonds Marcelle Devaud ou celui de Femme Avenir au Centre des archives du Féminisme à Angers) et la production des médias bien sûr. La méthode prosopographique adoptée par plusieurs des contributeurs produit des connaissances précises et inédites sur les femmes gaullistes au sein des partis ou des institutions. D’autres approches, notamment biographiques permettent de mieux comprendre les ressorts de parcours individuels emblématiques ou atypiques.

Ainsi, plusieurs générations de femmes gaullistes sont présentées avec leurs éléments distinctifs à travers des personnalités (Yvonne de Gaulle, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Eugénie Éboué, Louise Weiss) et des groupes (femmes dans l’appareil politique gaulliste, candidates et élues à l’Assemblée nationale et au Parlement européen). Ces études permettent de mieux comprendre comment l’engagement politique et le gaullisme « familial » des femmes se définissent en fonction des événements clés et des étapes que sont 1940, la Libération, 1958, 1968-1969. Pendant la période gaullienne, des femmes gaullistes ont milité dans l’espace de la cause des femmes. Plus tard, alors que le féminisme était intégré dans les politiques publiques, des élues gaullistes se sont battues pour faire avancer les droits des femmes. Roselyne Bachelot et Michèle Alliot-Marie sont arrivées aux plus hautes fonctions politiques, tant au sein des partis successeurs (RPR, UMP) que dans les gouvernements. Marie-Jo Zimmermann explique comment elle a concilié engagement politique et engagement féministe dans les années 1990 et 2000. Il a semblé préférable de maintenir ce texte dans sa transcription afin de respecter la dynamique du témoignage oral et de présenter un véritable document.

Yves Denéchère

Yves Denéchère est professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Angers-UMR CERHIO. Un de ses axes de recherche porte sur l’engagement européen des femmes politiques françaises. Il a notamment publié Ces Françaises qui ont fait l’Europe (Paris, Audibert, 2007).


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670