Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Notables et République en France de 1870 à nos jours

Coordination : Aude Chamouard et Frédéric Fogacci

Fonder la République sur les « nouvelles couches sociales » (Gambetta) : description du monde social et préférences institutionnelles dans la France des années 1870

Chloé Gaboriaux

« Je pressens, je sens, j’annonce la venue et la présence dans la politique d’une couche sociale nouvelle […] ! » La prophétie prononcée par Gambetta en 1872 est aujourd’hui souvent citée comme un exemple de la lucidité des pères fondateurs de la République, qui auraient habilement lié le destin du nouveau régime à celui des classes moyennes bientôt triomphantes. Mais c’est occulter l’ambivalence de la formule, dont Gambetta lui-même donne des interprétations divergentes à quelques années d’intervalle : appel à la révolution ou souci d’offrir à la République une nouvelle élite ? Alors que Gambetta opère son ralliement à l’opportunisme, il travaille à donner un nouveau sens à son propre discours.


Notables et réseaux politiques en Corse, XIXe - XXe siècle. L’exemple d’Emmanuel Arène (1856-1908)

Jean-Paul Pellegrinetti

Bastion inféodé au bonapartisme durant les premières années de la troisième République et terre de repli de quelques grandes personnalités du second Empire, la Corse connaît progressivement un phénomène de républicanisation grâce à l’action d’un personnage central, en la personne d’Emmanuel Arène. L’article se propose de comprendre de quelles manières et avec quels moyens, ce jeune journaliste républicain, figure nouvelle de la politique insulaire, arrive en quelques années à constituer un réseau politique d’une puissance telle, qu’il fait chuter la citadelle bonapartiste et devient progressivement le maître absolu de la vie politique en Corse.


Existe-t-il des notables socialistes sous la Troisième République ?

Aude Chamouard

Les socialistes sont-ils devenus des notables dans l’entre-deux-guerres ? Si les socialistes reprennent certains de leurs traits (réseaux locaux, personnalisation du pouvoir), ils en transforment la définition-même, contribuant ainsi à la modernisation de la politique locale sous la Troisième République. Les socialistes veulent en effet être des élus techniciens et ils créent ainsi les premières filières de formation. De plus, du fait de leur appartenance à un parti ouvrier, ils construisent de nouveaux types de réseaux : réseaux laïcs, franc-maçonnerie, mais aussi syndicats. Paradoxalement, ces réseaux leur donnent une forme d’indépendance vis-à-vis du parti socialiste SFIO.


Des notables bien vivants. La pérennité de la notabilité traditionnelle en Bretagne dans l’entre-deux-guerres

David Bensoussan

Marquée politiquement par de solides bastions conservateurs, la Bretagne dévoile dans l’entre-deux-guerres la place maintenue d’une notabilité traditionnelle incarnée par des grands propriétaires terriens souvent d’origine aristocratique. Face aux défis du suffrage universel, ces derniers mettent en œuvre des stratégies multiples qui témoignent à la fois de leur engagement dans un processus de professionnalisation politique mais aussi de la valorisation de leurs ressources sociales dans le cadre du syndicalisme agricole.


Usages et stratégies notabiliaires en régime autoritaire ? Le cas du régime de Vichy

Christophe Capuano

Alors que les discours officiels semblent conforter la place des notables dans le système autoritaire de Vichy où tout dispositif électif est suspendu, c’est au contraire le rôle de l’administration – au travers les préfets – qui sort renforcée aux dépens des notabilités locales. Et lorsque ces notables sont de nouveaux sollicités à partir de 1942, c’est pour mieux tenter de les instrumentaliser afin de contribuer à l’enracinement social du régime. Par ailleurs, cette notabilité traditionnelle entre désormais en concurrence avec de nouveaux notables issus des grands chantiers de la Révolution nationale lancés dès l’été 1940.


Le monde de la notabilité radicale et radicale-socialiste de l’après-guerre : entre survie et adaptation (1945-1969)

Frédéric Fogacci

Le référendum de 1969, qui conduit le général de Gaulle à quitter le pouvoir, est souvent interprété comme l’acte final d’un conflit latent entre le pouvoir gaulliste et le monde notabiliaire. L’étude d’un monde politique fortement identifiée au modèle du notable, les radicaux socialistes, permet de nuancer cette évolution : la vision désidéologisée et pragmatique que les radicaux se font du gaullisme évolue quand le pouvoir semble remettre en cause des compromis implicites, notamment la dépolitisation des élections locales, mais surtout quand il paraît privilégier une élite locale de substitution, les « forces vives ».


Notabilité et modernité politique. Le cas de Gaston Defferre, 1944-1986

Anne-Laure Ollivier

Cet article propose de réfléchir au rapport des notables à la modernisation de la vie politique, à travers la trajectoire de Gaston Defferre, député-maire socialiste de Marseille de 1953 à 1986. Il s’agit de dépasser une lecture opposant notabilité et modernité et d’analyser leurs rapports complexes à trois périodes différentes : la Libération pose le dilemme entre défense des idéaux résistants et construction d’un ancrage local ; la Cinquième République confronte le notable aux défis de la modernisation institutionnelle et partidaire ; les années 1970-1980 voient coexister un ministre modernisateur, maître d'œuvre de la décentralisation, et un notable vieillissant, emblématique d'une sclérose politique locale.


Naître et rester un notable. Le cas de Geoffroy de Montalembert (1898-1993)

David Bellamy

Geoffroy de Montalembert (1898-1993), parlementaire normand de 1936 à sa mort, offre l’exemple d’une figure particulière de la notabilité. Si sa longévité politique, son enracinement dans un territoire rural et sa défense des intérêts agricoles relèvent de traits assez traditionnels en ce domaine, il dut et sut dépasser les héritages qui faisaient de lui un notable de naissance et s’adapter aux conditions nouvelles de l’exercice de la carrière politique, sans, toutefois, abandonner une représentation très aristocratique de celle-ci.


Les élus régionaux : un personnel politique entre notabilisation, dénotabilisation et renotabilisation

Laurent Godmer

Les élus régionaux français sont une catégorie de personnel politique récente, qui connaît des transformations importantes. Ils ont d’abord été marqués par un recrutement plutôt notabiliaire (1964-1998), peu différent de celui des autres catégories de personnel politique, puis par une stabilisation et une « modernisation » en partie synonymes paradoxalement de dénotabilisation (1998-2010), et enfin par une « déstabilisation » qui n’a pas obéré les logiques de renotabilisation potentielle à l’œuvre (2010-2015).


Entretien avec Jacques Santrot

Frédéric Fogacci

Maire de Poitiers (PS) de 1977 à 2008, conseiller général (1973-1988) et député (1978-1993) de la Vienne, Jacques Santrot peut-il, pour autant, être considéré comme un « notable » socialiste ? Quel a été son parcours de formation, comment a-t-il appris et exercé la pratique municipale ? Quel lien voit-il entre enjeux locaux et enjeux régionaux, voire nationaux ?


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670