Histoire@Politique : Politique, culture et société

MaillageCette rubrique présente un inventaire raisonné et commenté de liens vers des sites Internet de Centres de recherche et de départements d’histoire contemporaine répartis entre les différents continents.

Université de Dakar (Sénégal)

Patrick Clastres

Avec plus de 40 000 étudiants, l’Université de Dakar (UCAD) est la principale université du Sénégal et de l’Afrique de l'Ouest. Elle est la plus ancienne des universités d'Afrique noire d'expression française. Elle a pris en 1987 le nom de l'historien et anthropologue Cheikh Anta Diop (1923-1986).

Dans sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Marcel Griaule, Cheikh Anta Diop affirmait que l'Égypte antique était peuplée d'Africains noirs et que la langue et la culture égyptiennes se sont ensuite diffusées dans l'Afrique de l'Ouest. Aujourd’hui largement rejetée par la communauté scientifique, sa thèse trouve ses défenseurs regroupés depuis 1992 autour de la revue Ankh. Revue d’Egyptologie et des civilisations africaines.


Université de Nairobi (Kenya)

Patrick Clastres

http://en.kenemb.ru/uploads/posts/2009-04/1240399471_university-of-nairobi.jpgNée en 1970 de l’éclatement de l’University of East Africa qui fait suite aux indépendances, l’université de Nairobi est la plus importante université publique kényane avec ses 22 000 étudiants, la seule d’ailleurs jusqu’à la constitution de la Moi University (1984) et de la Kenyatta University (1985). Elle trouve son origine dans la Gandhi Memorial Academy, créée par la communauté asiatique d’Afrique de l’Est, et dans le Royal Technical College of East Africa (1954). La transformation, en 1961, en Royal College Nairobi s’accompagne de l’attribution de diplômes par l’University of London pour les facultés des Arts, des Sciences, et des Sciences de l’ingénieur.


L'université d'Afrique du Sud (UNISA, Pretoria)

Patrick Clastres

Unisa (Pretoria). Source : http://www.flickr.com/photos/ichthys2k/157839962/Fondée en 1873, l’université du Cap de Bonne Espérance s’est ensuite transportée, en 1918, à Pretoria sous le nom d’université d’Afrique du Sud (UNISA). Le département d’histoire, quant à lui, date de 1946 : il est localisé au sein de l’École des humanités et de théologie.


Transvaal University College (TUKS, Pretoria)

Patrick Clastres

Administrative building University of Pretoria © Mike-Prins Source : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Die_skip_University_of_pretoria.JPGL’université de Pretoria est à l’origine une branche du Transvaal University College qui lui a laissé son acronyme : TUKS. Ouverte en 1908 pour 32 étudiants, la Tuks en accueille actuellement 50 000 répartis entre neuf facultés. Une longue chronologie commentée est disponible en ligne qui permet de prendre la mesure de cette croissance universitaire. Le curieux pourra aussi accéder à la boutique virtuelle du Centenaire qui est une manière très anglo-saxonne de valoriser le patrimoine artisanal (vin, verrerie, joaillerie…), d’abonder les caisses de l’université et de diffuser la culture « tukkie ».


Western Cape University et l'université du Witwatersrand (Wits, Johannesburg)

Patrick Clastres

© 20080224U-MAfricaTrip. Source : http://picasaweb.google.com/lh/photo/MCYPWZ91P-Y0P4yOWNjYrAEn 1981, Marc Ferro alertait la communauté historienne sur la persistance d’une « histoire blanche » dans le cas unique de l’Afrique du Sud (Comment on raconte l’histoire aux enfants, Paris, Payot, rééd. 1992). Plus récemment, François-Xavier Fauvelle-Aymard (Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, Le Seuil, 2006) attirait l’attention sur les black histories, sur les compétitions identitaires (cas des funérailles quasi nationales de la Vénus hottentote en 2002), sur la forêt de lieux de mémoire et de sites touristiques et sur le rôle joué par la Commission Vérité et réconciliation de 1996 dans la production d’une histoire commune à la nation sud-africaine.


Institut Emilio Ravignani d'histoire argentine y américaine

Patrick Clastres

Institut Emilio Ravignani d'histoire argentine y américaine intégré depuis peu à l'Université de Buenos Aires (UBA)Actuellement dirigé par le Professeur José Carlos Chiaramonte, l’Institut Emilio Ravignani d’histoire argentine et américaine est intégré depuis peu à l’Université de Buenos Aires (UBA). Il est à noter que la page du Département d’histoire au sein de la faculté de philosophie et de lettres de l’UBA est, pour l’heure, en construction.


Centre de recherche et de documentation sur l'histoire contemporaine du Brésil (CPDOC)

Patrick Clastres

© Droits réservésConstituée en décembre 1944, la Fondation Getulio Vargas (FGV), du nom du chef de l’Estado Novo (1937-1945) et président de la République de 1951 à 1954, a pour ambition de former les élites brésiliennes des secteurs public et privé. La FGV s’est fait une spécialité de l’analyse économique. Elle est positionnée sur deux sites, à Sao Paulo et à Rio de Janeiro.


Université ibéro-américaine (UIA, Mexico City)

Patrick Clastres

L’Université ibéro-américaine de Mexico City (UIA) a été fondée en 1943 par les Jésuites sous le nom de Centre culturel universitaire avant d’adopter, dix ans plus tard, son appellation actuelle. L’enseignement et la recherche y couvrent un vaste ensemble de disciplines, depuis les lettres et la philosophie jusqu’à l’ingénierie et l’informatique. Ses diplômes sont reconnus sur tout le territoire mexicain par un décret présidentiel de 1981.


Université nationale autonome du Mexique (UNAM)

Patrick Clastres

BibliothèqueFondée en 1910 avec pour marraines les universités de Salamanque, Paris et Berkeley, l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) bénéficie d’un long passé : université royale et pontificale au temps de la Nouvelle Espagne (1553) et université nationale et pontificale à l’indépendance. L’histoire de l’UNAM est très intimement liée à l’histoire politique intérieure mexicaine comme le démontre la chronologie historique mise en ligne. Il faut compter également avec l’arrivée d’intellectuels et universitaires espagnols ayant fui la dictature franquiste.


Centre d'études historiques du Colegio de Mexico (CEH)

Patrick Clastres

Le Collège du Mexique est une institution publique de type universitaire en charge de la recherche en sciences humaines et sociales, fondée en 1940 par le gouvernement fédéral, la Banque du Mexique, l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) et le Fonds de Culture économique. Constitué au sein du Colegio en 1941, le Centre d’études historiques a en charge l’animation de la recherche historique de haut niveau, l’encadrement de doctorants et la publication de la revue de référence Historia Mexicana éditée depuis 1951.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Jérôme Henning, Le radicalisme d’Édouard Herriot et la crise des institutions (1905-1954)
  •   Cet ouvrage est la publication de la thèse d’histoire constitutionnelle (...)
  • lire la suite
  • • Benjamin Stora, rapport sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie »
  • Benjamin Stora, Les questions mémorielles portant sur la (...)
  • lire la suite
  • • Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide
  • Une histoire transnationale, non militaire et à parts égales de (...)
  • lire la suite
  • • Tommaso Milani, Hendrik de Man and Social Democracy: The Idea of Planning in Western Europe, 1914-1940
  • De la fin du XIXe siècle à la veille de la (...)
  • lire la suite
  • • Geneviève Dreyfus-Armand, Septfonds, 1939-1944. Dans l’archipel des camps français
  • Le camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) est l’un des nombreux (...)
  • lire la suite
  • • Alya Aglan, La France inverse. La guerre de Vichy 1940-1945
  • Alya Aglan offre ici la synthèse la plus à jour sur la France (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Marc Lazar (eds.), European Socialists and the State in the Twentieth and Twenty-First Centuries
  • It is a commonplace in American political discourse that (...)
  • lire la suite
  • • Craig L. Symonds, Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale
  • Craig L. Symonds, ancien professeur d’histoire à l’US Naval War College, (...)
  • lire la suite
  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670